Appalache, la bande-son d’un paradis dont on aurait jeté la clé

Browse By

Avec Tiny Love Billionaire, le Français Appalache réussit un grand disque de psychédélisme en apesanteur. « On n’est pas sourd » est transporté…

Je ne te connais pas encore mais je sais qu’on se rencontrera. Je t’ai souvent rêvée mais, le matin, tes contours deviennent flous. Peu importe. Je sais que, quand je te verrai, je te reconnaîtrai. Je ne serai pas le plus beau, mes mouvements hésiteront. Je m’arrêterai à mi-chemin, je me cacherai dans l’ombre et je t’observerai. J’aurai l’air d’un pervers ou d’un illuminé. Tu ne me remarqueras pas.

Mon cerveau reprendra ses esprits. Je calculerai les probabilités. Que tu hausses les épaules. Que tu me ris au nez. Que tu poses ta bouche sur la mienne. Et je te parlerai. Tu seras surprise. Mais pas autant que moi. Les mots viendront par bouquets colorés et tu les cueilleras. On s’embrassera sans même s’en rendre compte. Tu auras ce rire qui ressemble à un chant d’oiseau. On s’allongera sur l’herbe et on fera l’amour. Tu seras mon lit et je serai le tien. Pour un instant, une soirée ou une vie.

On boira des cocktails aux ingrédients secrets. Je roulerai un pétard. On aura vingt ans pour des milliers d’années. Le temps passera lentement comme s’il n’avait rien d’autre à faire, comme dans un film au ralenti ou comme dans un roman dont on ne serait pas pressé de connaître la fin. On écoutera de la musique. Élastique et cotonneuse. Belle comme un rêve enfumé ou un paradis dont on aurait jeté la clé.

Appalache, un rêve enfumé

Tu ne le sais pas encore mais la musique de notre rêve existe déjà. L’album s’appelle Tiny Love Billionaire et le groupe, Appalache. Peut-être que Julien Magot, l’homme sous la montagne, a rêvé notre rêve ou un autre, qui lui ressemble. Peut-être que les chœurs sont trop beaux pour être terrestres. En tout cas, ses chansons étirent le temps et donnent à chaque instant une saveur inédite. Grâce à lui, on sera beaux encore longtemps et on nagera dans les nuages.

 

 

Un petit détour par ici ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Afficher les boutons
Cachez les boutons