Le groupe que les autres écouteront dans un an – Ep.59 : SexyWaterSpiders

Browse By

Finies les vacances. Retour à la grisaille. « Il me semble que la misère serait moins pénible au soleil », disait si bien Aznavour. Faites venir le soleil, François, Nicolas, et je voterai pour vous. Celui qui installera durablement l’astre solaire sur notre hexagone, qui remettra le rêve au goût du jour, qui revendiquera le droit à la beauté, recueillera tous mes suffrages. J’ai regardé le débat de l’entre-deux-tours. Elle est belle, quand même, Laurence Ferrari, non? François et Nicolas s’interpellent, s’invectivent, s’admonestent, s’insurgent, se rengorgent…et, elle, au beau milieu de ce combat de coqs, elle sourit. De ce sourire émane une bienveillance et une tendresse quasi maternelles. Allons, les enfants, cessez donc de vous chamailler, semble-t-elle signifier du regard. Maman vous aime tous les deux. Mais l’empoignade continue jusqu’à la surenchère finale. C’est là le drame de notre société. Le laid l’emporte le plus souvent sur le beau. La culture, dans le débat présidentiel? Nulle part. Et, moi, ce que j’en pense? A tous ceux qui m’ont soutenu, je veux exprimer mon respect le plus sincère et ma plus profonde gratitude. Alors que, demain, les Français seront face à un choix historique et éliront, en leur âme et conscience, leur nouveau président, j’appelle celles et ceux qui m’ont fait l’immense honneur de m’accorder leurs suffrages à voter…pour Laurence Ferrari. Qu’as-tu fait, Laurence, la nuit suivant le débat, lorsque, lassée de toutes leurs simagrées, tu as quitté le plateau? T’es-tu allongée, nue, sur un matelas douillet pour t’endormir d’un sommeil paisible? As-tu fait l’amour, gémissante, entre les mains expertes d’un amant entreprenant? Le plus excitant, c’est ce qu’on ne voit pas, ce qu’on ne sait pas, ce qu’on ne dit pas. « The Holysexyness cannot be seen », proclament les psychédéliques et farouchement addictifs SexyWaterSpiders…

Mais, me direz-vous, qu’est-ce que c’est que ces bêtes-là? Comprenne qui pourra leur biographie sur le Net ou les réponses qu’ils donnent en interview. Les araignées d’eau vivent à la surface de l’eau, là où l’eau et la lumière se rencontrent. Elles communiquent en faisant des vagues. On ressent dans le son des SexyWaterSpiders cette attirance pour l’eau. Un titre comme Spirit Dome, avec ses multiples couches sonores sexy et aqueuses, donne l’impression d’avoir été enregistré à vingt mille lieues sous les mers, au milieu de bancs de poissons multicolores et pourrait bien déclencher chez l’auditeur une irrépressible envie de faire l’amour dans la piscine la plus proche. Une bande-son qu’on ne saurait trop conseiller aux producteurs de télé-réalité soucieux de pimenter une émission un peu sage. Les trois araignées, Parsley Phoenix, Mongoose Thompson et China Starshine, déploient leurs innombrables pattes pour tisser une toile sonore protéiforme et intrigante. Au petit jeu des comparaisons, je dirais que c’est un mélange de Beck première période, du Jon Spencer Blues Explosion et des Dandy Warhols. Une chose est sûre, ces garçons-là ne se prennent pas au sérieux, leur univers qui relève plus du trip sous acides que la gentille promenade digestive du dimanche après-midi rebutera probablement les bienpensants et les oreilles chastes. Ce serait oublier que le rock n’est pas une musique sérieuse. C’est un style fait par des branleurs pour des branleurs, où la morale et le bon goût n’ont pas leur place. Ça fait tellement de bien, parfois, de tomber sur un de ces groupes imprévisibles, outsiders géniaux, qui font la légende du rock. Alors qu’Anton Newcombe et son Brian Jonestown Massacre semblent s’enfoncer, d’album en album, plus profond dans la dépression, les SexyWaterSpiders offrent une version rigolarde et fantasque du psych-rock des années 60 sans, pour autant, mettre de côté la qualité et l’exigence musicale. Leur premier album Black Gold est un véritable trésor caché du genre, à mettre entre toutes les oreilles. Alors, n’hésitez plus, jetez-vous à l’eau et laissez vous emporter…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Afficher les boutons
Cachez les boutons