Clip-Clap : Deer Boy – We’ve Got To Find

Browse By

Où il est question du Petit Prince, du chercheur, du journaliste et de moi…

Le Petit Prince observe les adultes avec ses yeux d’enfant :

– Que fais-tu ?, demande-t-il au chercheur.

– Mais enfin, ça se voit bien, non ? Je cherche.

– Ah ? Et que cherches-tu ?

– Des réponses, pardi !

– Et tu en trouves ?

– Mouarf, mouarf, eh bien, c’est-à-dire que…, bredouille le chercheur en baissant la tête.

– Peut-être que tu ne poses pas les bonnes questions.

Le Petit Prince continue de marcher et croise le journaliste.

– Que fais-tu ?, lui demande-t-il.

– Mais enfin, ça se voit bien, non ? Je cherche.

– Ah ? Et que cherches-tu ?

– Des réponses, pardi !

– Et tu en trouves ?

– Mouarf, mouarf, eh bien, c’est-à-dire que…, bredouille le journaliste en baissant la tête.

– Peut-être que tu ne poses pas les bonnes questions.

Le Petit Prince poursuit son chemin et croise ma route.

– Que fais-tu ?, me demande-t-il .

– Mais enfin, ça se voit bien, non ? Je cherche.

– Ah ? Et que cherches-tu ?

– De la belle musique, pardi !

– Et tu en trouves ?

– Pas toujours. Mais, parfois, c’est elle qui me trouve.

We’ve Got To Find, il faut trouver, chantait le Strasbourgeois Deer Boy au moment où sa musique m’a rencontré. Trouver quoi ? D’autres héros, d’autres façons de vivre, d’autres rêves à réaliser… Tout est dit. D’autres héros que des joueurs de baballe analphabètes qui s’illustrent plus par leurs frasques que par leur art. D’autres façons de vivre sa vie, mieux, ensemble, autrement que pour la gagner au risque de s’y perdre. D’autres rêves à réaliser, des projets, de la folie douce, des choses belles et insensées, de quoi devenir grands sans perdre nos yeux d’enfants.

La première fois que j’ai entendu Deer Boy, j’étais perdu, sonné, un point minuscule dans un monde qui ne tournait pas rond. Et puis, il m’a trouvé. Je crois que je n’attendais que ça. Dans sa musique, il y avait tout ce que je cherchais : de l’espace, du souffle, des courses folles, un lever de soleil sur la clairière, de nouvelles pages à écrire. De l’espoir à partager.

Je ne sais pas qui tu es, Deer Boy – un musicien classique avec la tête dans les nuages, d’après ta bio – mais, quand j’entends ta voix et ta pop électronique au soleil radieux, j’ai envie de te suivre comme au début d’un jour nouveau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Afficher les boutons
Cachez les boutons