J’ai entendu : Jaakko Eino Kalevi – Jaakko Eino Kalevi

Browse By

Où il est question des Finlandais, d’un manque de politesse, d’un chauffeur de tram et d’un zombie de l’espace…

J’aime pas les Finlandais. Non, vraiment, depuis que l’un d’entre eux a délibérément pourri mon année Erasmus, c’est plus fort que moi, Il y en a qui détestent les huîtres, d’autres qui ont horreur des pulls en laine. Moi, c’est les Finlandais. 

Faut dire qu’il m’avait cherché, celui-là, à débarquer, avec ses grands airs, juste au moment où j’allais me taper sa copine. C’était du tout cuit, cette affaire. La fille me mangeait dans la main, mon charme made in France avait fait la différence. Et voilà que l’autre balèze se pointe et met ses gros pieds dans le plat en beuglant force jurons incompréhensibles. Quel manque de politesse ! Si je m’étais écouté, je lui aurais fichu une raclée. Mais le différentiel de stature ne jouait pas en ma faveur. Peut-être au Trivial Pursuit…

En tout cas, encore aujourd’hui, il vaut mieux que je ne croise pas la route d’un Finlandais. Parce que si ce n’est pas lui, c’est donc son frère et ça risque de mal finir.

Et puis j’ai rencontré Jaakko Eino Kalevi…

Évidemment, j’ai d’abord cru qu’il s’appelait Jacquot et qu’il avait été adopté. Mais, après vérification, il s’avère qu’il est bien Finlandais. Il a même été chauffeur de tram à Helsinki. Que cette contrée honnie soit capable d’accoucher d’un tel talent, j’avoue que ça m’en a bouché un coin. J’ai réécouté son premier album (officiel). Non, vraiment, rien à redire, autant il y a des disques qui m’en touchent une sans faire bouger l’autre, autant celui-ci m’a remué toute l’artillerie d’un bout à l’autre.

Le truc, avec Kalevi, c’est qu’il a l’air résolument ailleurs. Au-dessus, en-dessous, à côté, à l’ouest mais jamais pile au milieu. Il traîne sa silhouette un peu bancale dans un univers parallèle où les pulls jacquard et les walkman seraient encore à la mode. Imaginez un zombie de l’espace qui aurait voyagé dans le temps pour capturer les années 80 dans une bulle de savon.

La musique de Kalevi n’est pas finlandaise. Elle n’est pas de ce monde. Elle flotte en apesanteur, insensible à la gravité. Elle apparaît comme un écho lointain et pourtant familier. Elle s’immisce comme un rêve dans le quotidien, comme une illusion sur laquelle on pourrait danser. Une bande-son parfaite pour ceux qui ne veulent plus avoir les pieds sur terre.

EN ECOUTE ICI

Un petit détour par ici ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Afficher les boutons
Cachez les boutons