La Coupe du Monde en 32 groupes : Lucas Santtana (Brésil)

Browse By

Où il est question de bière fraîche, de chair de poule, de chaînon manquant et de visionnaire surdoué…

Ils étaient l’espoir de tout un peuple. Suffisait de les voir chanter à tue-tête, les yeux embués de larmes, l’hymne national précédant chaque rencontre. Même assis sur mon canapé, une bière fraîche à la main droite, la gauche plongée dans le paquet de chips, j’en avais la chair de poule. A chaque fois, je me disais qu’ils ne tiendraient pas le coup, qu’ils finiraient par s’effondrer. J’avais raison.

Ils peuvent remercier Neymar, les dieux du football et tous les saints, pour avoir atteint les demi-finales en dépit d’un niveau de jeu très moyen. Ils peuvent aussi remercier les Allemands pour leur avoir évité l’humiliation suprême de voir les Argentins brandir la Coupe du Monde sur le sol brésilien. Et ils peuvent remercier Lucas Santtana parce que c’est l’un des musiciens indépendants les plus passionnants que j’aie croisés dans mon tour du monde musical.

La musique de Lucas Santtana est fascinante parce que, d’un côté, elle capture l’âme brésilienne, perpétuant une tradition guitare/voix initiée en 1959 par Joao Gilberto ; et, d’un autre côté, elle n’entre dans aucune des catégories habituelles de la musique brésilienne. Santtana, c’est un peu le chaînon manquant entre Joao Gilberto et Thom Yorke, entre Chico Buarque et Beck, un musicien-expérimentateur qui brouille les frontières entre musique acoustique et électronique.

Sur O Deus que devasta também cura (The God who devastates also cures, Lucas Santtana panse les plaies d’une rupture amoureuse en alternant moments calmes et envolées uptempo. En visionnaire surdoué, il ne s’appesantit pas sur le passé mais tourne son regard vers l’avenir. Les guitares classiques font place aux samplers. La douleur à la guérison. La tradition à la modernité. Nul n’étant prophète en son pays, Santtana n’est pas toujours bien compris au Brésil. Sa musique déroute ; on lui colle même parfois l’étiquette de DJ. Pourtant, c’est bien à un prodige de la pop que nous avons affaire ici. Il est grand temps que le monde entier s’en aperçoive…

Un petit détour par ici ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Afficher les boutons
Cachez les boutons