Parnell et mon reflet dans le miroir

Browse By

La fin d’une année et Ce qu’il en reste, le premier album de Parnell, un beau disque entre mélancolie et engagement.

Chansons dans la ligne d’horizon

Plus que quelques heures avant de tirer les rideaux. Les jours raccourcissent, la nuit gagne du terrain. Ce n’est pas la fin du monde. Juste la fin d’une année. En écoutant Parnell, je déroule la bobine et je me repasse le film. Mes pas solitaires sur le parquet du salon. Ton sourire et ces bagues à nos doigts. Les cris de nos enfants chassant les mouettes. Une plage de Bretagne et nos envies d’ailleurs. Le pire et le meilleur. A l’heure des comptes, dis-moi Ce qu’il en reste.

Le temps va et vient comme la marée sur cette plage de Bretagne. Déjà, le passé n’est plus là et mon regard se perd au loin. Les chansons de Parnell se faufilent dans la ligne d’horizon, dans cet intervalle entre le temps et le temps. Il se jette dans Le grand bain et ses mots résonnent en moi comme le résumé d’une année écoulée, entre la création de mon entreprise et mon mariage. Plus rien ne sera comme avant mais je suis calme, je n’ai pas peur. Je me sens prêt.

Parnell

Parnell e(s)t mon reflet

Pour Parnell, rien ne sera plus non plus comme avant. Début 2016,  il  a sorti son premier album, Ce qu’il en reste, que j’explore rétrospectivement presque un an plus tard. A l’heure du bilan, que faut-il en retenir ? La naissance d’une nouvelle voix dans la chanson française ? Peut-être bien. Ce n’est pas tant par le chant que le nouveau venu se singularise. Il chante bien, c’est vrai, mais, de ce point de vue, il sonne plus comme un héritier qu’un éclaireur, fait parfois (souvent ?) penser à Francis Cabrel. Comme son illustre prédécesseur, ses chansons parlent d’amour qui fait mal, sur des solides fondations guitare/voix. Et alors, quoi de neuf, Docteur ? Pourquoi ça me fiche la larme à l’œil et les cheveux au vent à la moindre occasion ?

Parce que ça parle de la vraie vie. La sienne. Et, Ma vie, surtout. Je vous l’ai déjà dit : les plus belles chansons sont celles qui vous parlent de vous. Le reste, on s’en fout. A quoi sert une chanson si elle ne vous reflète pas ? Chez Parnell, je me sens comme chez moi. Cheveux flottant au gré du vent, je regarde droit devant moi. 2017, me voilà. Bonne année et Santé, c’est le plus important. Ce qu’il en reste ? Cette douce mélancolie dans laquelle je me complais et cette volonté d’aller de l’avant, le tout servi par de beaux arrangements. Que de belles promesses qui donnent envie d’aller plus loin. Et de miser, comme on l’avait fait avec 3 minutes sur mer, une pièce sur Parnell !

Retrouvez Parnell sur son site officiel et sur Facebook

Un petit détour par ici ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Afficher les boutons
Cachez les boutons