Le groupe que les autres écouteront dans un an – Ep.17 : You Won’t

Browse By

 
Il y différentes façons de faire de la musique folk…

1) La façon traditionnelle:

Vous choisissez 4 ou 5 personnes totalement ignorantes de l’invention du rasoir jetable, n’ayant jamais entendu parler de l’électricité et dont les goûts vestimentaires se résument aux chemises de bûcherons à carreaux; vous les réunissez, assis en tailleur, autour d’un feu de camp (en prenant bien garde, toutefois, que leurs barbes ne viennent à s’embraser) avec guitares et breuvages ragaillardissants; vous reprenez note à note l’intégrale de Crosby, Stills, Nash & Young jusqu’à ce que l’un d’entre vous, perclus de crampes ou humant l’odeur mâle et piquante du poil brûlé, ou encore sous l’effet de substances autant naturelles qu’illicites, ne fasse surgir de son instrument un canard, qui, par ailleurs, n’avait rien à faire là; vous venez alors de créer votre premier morceau original; si vous avez la présence d’esprit de changer aussi un tant soit peu les paroles, vous pourriez bien être les prochains Fleet Foxes.
2) La façon moderne
Vous êtes jeune et fringant, vous possédez probablement un téléviseur, une chaîne hi-fi, un ordinateur personnel, un téléphone portable dernière génération. Vous aimez la musique folk mais vous préférez Bob Dylan à Crosby, Stills, Nash & Young. Vous ne goûtez guère les ambiances de camp scout, vous trouvez que la barbe, ça gratte, mais que la gratte, ça barbe pas. Vous pensez que la musique ne s’est pas arrêtée à la mort de Bob Dylan, qu’après le folk, il y a eu le rock, la pop, le punk, le surf-pop, le lo-fi et tout un tas de musiques au nom bizarre. Vous vous dites que le rédacteur de cet article est fou, qu’il écrit des phrases trop longues et que Bob Dylan n’est pas encore (tout à fait) mort. Vous voulez faire du folk-rock foutraque en y injectant des influences larges et modernes. Vous aimeriez que le folk ne soit pas (que) cette musique barbante bonne à enfermer dans une boule à neige. Alors vous pourriez fort bien être You Won’t.
Duo originaire du Massachusetts, région tellement bien chantée en leur temps par les Bee Gees mais toujours aussi difficile à orthographier sans correcteur, You Won’t parvient en un tournemain à réconcilier folk et modernité. Des mélodies simples et efficaces, un bonne dose d’imagination, un petite part de bricolage, une pincée de génie et le tour est joué. Josh Arnoudse et Raky Sastri se sont rencontrés au lycée à la fin des années 90 et ont collaboré sur plusieurs projets. Alors que Josh étudiait au Massachussets et que Raky tournait avec plusieurs groupes autour de New York, ils ont continué, en dépit de la distance, à échanger par mail des idées et des enregistrements. Grand bien leur en a pris car, au vu du résultat, l’excellent album Skeptic Goodbye, ces deux-là n’ont pas fini de nous enchanter avec leurs petites ritournelles folk-rock. Vous pourrez en juger par vous-même avec les extraits en écoute et, notamment, le formidable Three Car Garage qui ouvre l’album de ce duo extrêmement prometteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Afficher les boutons
Cachez les boutons