Nadine Khouri, ou la ballade de l’air salé

Browse By

La chanteuse anglo-libanaise Nadine Khouri sort The Salted Air, un rêve en bleu propice à l’abandon.

Rien ne se perd, tout se transforme

Il est tard. A l’horizon, le ciel tombe de sommeil. Je roule depuis longtemps quand, enfin, je l’aperçois. Je me gare à une centaine de mètres de la plage et je marche jusqu’à ce que la terre s’arrête sous mes pas. La mer est une ogresse aux yeux de velours. Comme si de rien n’était, elle continue son va-et-vient impassible. Le soleil n’en finit pas de se noyer en elle. Et moi, je rêve de partir ou de rester là. Quand l’air salé souffle sur mon visage, j’ai des envies de bout du monde et de silence. Tout étourdi, je remonte dans ma voiture. L’auto-radio joue une chanson de Nadine Khouri…

The Salted Air me monte à la tête. En écoutant Nadine Khouri, mes envies d’ailleurs me démangent encore un peu plus. Mes doutes se fondent en évidences. Maintenant, je sais. Quand la femme en bleu viendra me chercher, je serai prêt à partir. Je me jetterai à l’eau, moi qui ne sais pas nager, pour renaître sous une autre forme. « Nothing is wasted, all is transformed« . J’écoute Nadine Khouri et tout ce que je gardais  immergé éclate à l’air libre et salé.

Nadine Khouri The Salted Air

Nadine Khouri, un diamant révélé

Partir, c’est se mettre à nu. Accepter de sauter, la tête la première, dans l’inconnu. Se laisser aller, sans trop savoir à l’avance ce qui en sortira. J’imagine que c’est aussi ce qu’on ressent au moment d’enregistrer son premier disque. On voudrait se cacher, tourner le dos au micro. Mais, finalement, on avance. On a appris à aimer sa voix, ou à faire avec. On serait plus à l’aise si la musique la couvrait davantage. Mais, autour, il y a les autres, qui croient en nous plus que nous-même. Ils nous aident à sortir le meilleur, à atteindre notre quintessence.

La voix de Nadine Khouri est une révélation. Mais il restait à concevoir l’écrin pour accueillir ce diamant brut. Une nouvelle fois, John Parish, le légendaire producteur de PJ Harvey ne s’y est pas trompé. Cette voix n’avait pas besoin d’oripeaux ou de colifichets. Libérée du superflu, elle s’exprime sans entraves ni frontières. L’accompagnement musical, très épuré, donne aux vocalises de la chanteuse anglo-libanaise des allures d’incantations ou de méditations poétiques. Et, pour peu qu’on s’y laisse aller, on se trouve plongé au beau milieu d’un rêve bleu dont on souhaiterait ne plus jamais émerger.

Retrouvez Nadine Khouri sur Facebook et sur son site officiel

Un petit détour par ici ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Afficher les boutons
Cachez les boutons